Archives mensuelles : mai 2024

Encore une nouvelle rivière pour le club

Décidément ce weekend du 1er mai sera riche en expériences.
Pierre, voulant faire une nouvelle descente le vendredi,la retraite permet de naviguer souvent, scrute les niveaux d’eau. Au début il est envisagé de descendre la Semène du pont de Faridouay à la Séauve. Mais la pluie de jeudi en décide autrement. En effet, le niveau reste au dessus des 10 m3, bien trop haut. Il est donc décidé d’aller sur la Coise pour Benoît et Pierre. Le rendez vous est fixé à 13h au pont Gavet à Saint Galmier.
Nous nous retrouvons comme prévu pour effectuer la descente de Saint Denis sur Coise à Saint Galmier.
Nous embarquons juste sous le parking. La descente commence doucement jusqu’au premier barrage que nous franchirons par la gauche. Benoît surveille car un arbre, peu après ce passage, est infran. Mais lors de sa dernière descente le niveau d’eau était beaucoup plus haut. Du coup la distance avec l’arbre est faussée. Nous arrivons sur l’arbre et nous portons le passage.

Nous reprenons tranquillement la descente. Arrivé à la moitié du parcours nous sommes en vue du pont submersible. Un rappel part toute la longueur. Nous passerons complètement à droite en embarquant juste après le pont.
A partir de là les rapides s’enchainent plus vite et la descente est plus mouvementée.


Nous nous retrouvons comme prévu pour effectuer la descente de Saint Denis sur Coise à Saint Galmier.
Nous embarquons juste sous le parking. La descente commence doucement jusqu’au premier barrage que nous franchirons par la gauche. Benoît surveille car un arbre peu après ce passage est infran. Mais lors de sa dernière descente le niveau d’eau était beaucoup plus haut. Du coup la distance avec l’arbre est faussée. Nous arrivons sur l’arbre et nous portons le passage.
Nous reprenons tranquillement la descente. Arrivé à la moitié du parcours nous sommes en vue du pont submersible. Un rappel part toute la longueur. Nous passerons complètement à droite en embarquant juste après le pont.
A partir de là les rapides s’enchainent plus vite et la descente est plus mouvementée.
La fin de la descente s’effectue sans difficultés.
Nous arrivons au pont Gavet. Le temps de se changer nous remontons au départ pour trouver la voiture entre deux marchands, et oui le marché est le vendredi après midi.
Une nouvelle rivière pour le club et pas loin non plus. La région regorge de beauté.
Le parcours:

Un 1er Mai particulier

Pour ce jour férié et cette année pleine de promesses, Pierre propose d’aller découvrir l’Ondaine.
Seule rivière au pied du siège social du club et pourtant jamais naviguée. Les pluies de ces derniers jours permettent d’envisager sereinement cette première.
Quatre protagonistes sont prêts pour la découverte: Benoît, Gaëtan, Hubert et Pierre. Cette fois pas de désistement à la dernière minute. Nous nous retrouvons à 13h30 à la Vigie pour charger la remorque. L’arrivée est prévue à la Vigie par la retenue de Grangent.
Les endroits possibles pour l’embarquement ont été repérés. Ils sont au nombre de deux. Soit au niveau du rond point de la confluence de la Gampille et de l’Ondaine, soit au niveau de la piscine de l’Ondaine. Le choix se porte sur le second. Nous nous rendons au départ. Benoît donne les consignes de sécurité.

Nous embarquons pour l’aventure. Le début de la descente se passe bien et sur le pont des passants prennent des photos. Le passage n’est pas forcément très large entre les ronces. Mais qui a oublié de tailler le long des rives…

Le premier gros rapide arrive. Deux bains sont à déplorer. Les bateaux, pagaies et kayakistes récupérés, nous pouvons repartir.

Nous aurons le plaisir de découvrir une rivière entourée de végétation mais par contre avec des odeurs d’égouts. Est ce les pluies importantes de ces derniers jours???
La descente continue en passant sous un pont de 20 m situé au niveau d’une usine.
Nous arrivons sur un rapide de classe III non prévu au programme. Ah les joies de la découverte.

Dans ce passage de grosses vagues pas de bains.
Nous continuons tant bien que mal mais au bout de 3,6 km nous nous trouvons devant un nouveau tunnel sous une usine. Par contre la longueur n’est pas la même. Nous ne voyons pas le bout et en plus le rapide parait de classe III.
Nous décidons de remonter un peu afin de trouver un point de débarquement. Pierre est quitte pour faire le retour à la voiture à pied pour récupérer la voiture.
Arrivés au point de débarquement nous chargeons la remorque rapidement afin de ne pas gêner la circulation longtemps.
Moralité de cette descente:
– Il existe de très belle rivière à coté de chez nous
– Il faudra faire la fin de la descente après l’usine
Encore des aventures à venir…