Le premier weekend de l’année

Après les fêtes, il est nécessaire de pratiquer du sport pour une bonne remise en forme. Samedi, permanence à la Vigie. Nous nous retrouvons 7 à naviguer malgré le vent et surtout les rafales de vents. Il est décidé de partir vent de dos en direction de Saint Victor.
les rafales de vent rendent la navigation délicate, surtout quand le vent vient de coté. Arrivée à l’île de la Noierie, le groupe décide de faire demi tour, surtout que le vent sera de face. Heureusement les rafales se sont calmées et le retour se passe plus facilement que prévu.
De retour aux vestiaires, Pierre propose d’aller faire l’Ance le lendemain. François et Sonia sont partants. René donnera sa réponse dans la soirée. Après les derniers échanges de mails le départ est fixé à 12h30 à la Vigie et 13h15 au pont de l’Ance. Sonia, René et Pierre se retrouvent à la Vigie tandis que nous retrouverons François au pont de l’Ance.  En arrivant au pont nous voyons sur l’eau des kayakistes. Nous nous rendons à Chizeneuve pour se changer. Le temps de se mettre en tenue et de charger le dernier bateau sur la voiture de Pierre, nous repartons pour rejoindre le point d’embarquement. Pendant que nous déchargeons les bateaux les autres kayakistes nous croisent. En réalité il s’agit entre autre de Nicolas de Saint Étienne avec qui nous avions fait la descente de la Loire.
Nous descendons les bateaux et embarquons. Cette fois c’est René qui a oublié son casque. Décidément les sorties manquent d’organisation! Pour la première fois René à pris un burn. Nous nous échauffons en effectuant quelques bacs ou bien des surfs sur la vague juste au départ. René prend l’habitude du nouveau bateau. Nous entamons la descente François ouvrant le parcours et Pierre fermant la marche. Nous arrivons sans encombre jusqu’à la digue que tout le monde portera. Nous prenons à gauche pour éviter l’arbre. Nous arrivons au rapide le plus délicat: le S ou celui du Moulin. François s’engage suivi de René et Sonia, Pierre surveillant à la fin. Dans la première partie du rapide René prend un bain suivi de peu par Sonia. Pendant que François s’occupe de René et Pierre voyant que Sonia arrive à rejoindre le bord, il part à la récupération du bateau de Sonia. Il arrive bien à le retourner mais n’arrive pas à le leascher tout de suite. Du coup le kayak prend de l’eau, et enchaîne les rapides. Enfin, Pierre arrive à accrocher le leasch et du coup arrive à le ramener sur la berge. Après que tout le monde est réembarquer, la descente reprend. Nous arrivons à la passerelle insubmersible qui peut se passer bien à gauche. La fin de la descente approche. Une fois que tout le monde s;est changé, il est temps de se réchauffer avec un café et une part de galette des rois qu’avait apporter Pierre. René et Sonia attendent la voiture. Une fois les bateaux rechargés sur le toit nous reprenons le chemin du retour. Il était temps, la nuit pointant le bout de son nez.

Conclusion de la journée:
– Un  bleu pour Sonia
– Deux rois : René et François

Et pour tous un bien bel après midi

Dernière sortie de l’année

Afin de finir l’année par une navigation en eaux vives, et profitant des niveaux qui sont remontés, Pierre envoit un mail pour organiser une sortie le samedi  30 décembre. Plusieurs réponses arrivent progressivement. D’abord Sonia, puis Hervé et une autre personne de Villeurbanne, Nicolas, et enfin François. Le rendez vous est fixé à 13 h à la Vigie ou 14 h au loueur de Bas.
Sonia, Hervé et Pierre se retrouvent à la Vigie. Les bateaux chargés sur la voiture d’Hervé nous voila partis pour Bas. Nous arrivons les premiers. Ensuite oh surprise Marc est là avec François. Enfin Nicolas arrive. Nous nous changeons, buvons un café en mangeant une part de gâteau fait par Hervé. Au moment de préparer tout le matériel, Pierre s’aperçoit qu’il a oublié jupe, gilet et casque dans sa voiture à la Vigie. Défi: faire la descente sans prendre trop d’eau ni de bain.
Tout le monde embarque et s’échauffe en remontant le bas du Lignon. Nous entamons la descente. Pierre a un peu d’appréhension pour certains rapides. Le premier rapide se passe sans problème et sans prendre trop d’eau. Par contre pour le surf, Pierre s’abstient. Les autres en profitent pour surfer sur la vague. Nous reprenons la descente. Les rapides suivants se passent bien, jusqu’au rapide dans lequel Marc avait perdu sa pagaie. Pierre en profite pour vider, surtout que les trois fourches vont arrivées et là, quelle quantité d’eau rentrera dans le bateau? Pierre le prend bien à droite et tout se passe bien, pas trop d’eau.
La descente continue le long des rapides. De temps en temps, des temps pour effectuer des surfs sont mis en place. Pierre connait une certaine frustration de ne pouvoir s’amuser. La tentation est trop grande sur un rapide. Pierre tente le surf à coté d’un rouleau. De loin Marc et Sonia ont l’impression qu’un bain va avoir lieu. Que des mauvaises langues!
Après ce passage second vidage du bateau. Et oui Pierre ne sait pourquoi mais il prend l’eau. La fin de la descente se fait tranquillement. Nous arrivons au point de débarquement. Le temps de remonter les bateaux, de se changer et prendre un café chaud. Il est temps d’aller faire les navettes.

Prochain défi décidé par Pierre: pas de jupe pour tout le monde et pas le droit de vider les bateaux!

Descente fait à 25 m3
Les protagonistes: François, Hervé, Marc, Pierre, Sonia pour le CKCF et Nicolas de Villeurbanne.

Sortie en eaux vives le 18 novembre

Suite au dernier bureau, il avait été prévu d’organiser une sortie d’eaux vives le 18 novembre. La date approchant les mails sont lancés pour connaitre les participants. Les personnes intéressées sont :  Anaïs, Célina, Elie, Sonia et Pierre.
En regardant le site de l’espace Eaux vives, Pierre s’aperçoit qu’il faut réserver à l’avance. Du coup il envoit rapidement un mail. Heureusement la réponse est positive. La sortie aura donc bien lieu.
Le rendez vous est fixé à 8h à la Vigie. Le froid est présent. Tout le monde participe pour remonter les bateaux et le matériel. La remorque est chargée.
Nous prenons la route. Dans  la voiture il est évoqué l’organisation de la matinée. Après un échauffement sur le haut du parcours, nous descendrons la rivière à partir du haut pour aller travailler sur le bas.
Après s’être changées et avoir descendus les kayaks, nous embarquons. Tout le monde commence à faire des exercices sauf Célina qui fait « sa tête de mule ». Après quelques passage avec le leashe, elle se décide à faire les exercices seule. Le premier bain est pour Pierre. L’eau est froide. Nous décidons de l’ordre de passage pour la descente.
Les premiers rapides se passent sans problème pour tous. Sur un des rapides Célina prend un bain et se fait peur. Elle s’est retrouvée prise dans des rouleaux. Après avoir récupérer le bateau et la pagaie, il est décidé de se rendre sur le bas de la rivière. Célina a du mal à reprendre confiance.
Il est temps de remonter pour se restaurer. Le vent présent rend la pause un peu fraiche. Pour l’après midi il est décidé de rester sur le bas de la rivière. Célina ne veut pas ré embarquer. Les négociations ont lieu et finalement elle descend pour embarquer. Elle fera la tête un grand moment avant de reprendre le sourire. Pendant ce temps, Anaïs s’essaye sur un bac au dessus d’un rocher. Avec la persévérance elle arrive à le réaliser.
Avec Anaïs, Elie, Sonia et Pierre il est décider de remonter le long de la rivière pour passer le bras de liaison. Tout le monde le passe sans problème. Lors des exercices de slalom les appels sont bien mieux suite au stage avec Brioude.
La fin de la journée se rapproche. Il est temps de remonter. Pendant que Pierre range le matériel, les autres en profitent pour aller prendre une douche chaude. Pierre va la prendre aussi. Cet intermède a fait du bien à tout le monde. Célina finit par reconnaitre que nous avons eu raison de la forcer à naviguer.
Une belle journée malgré le froid.

Stage départemental

Suite au Challenge Régional jeunes de Saint Pierre des contacts ont été pris avec le club de Brioude. Un stage est envisagé sur le stade de Sault Brenaz.
Pierre s’occupe de voir si cela est possible. Malheureusement, ce stade est fermé le weekend du 21 et 22 pour cause de sélectif de slalom. Nous rabattons donc sur Saint Pierre de Bœuf. L’information est transmise au club de Roanne. Le logement est réservé au camping de la Longue avec deux bungalows.
Pour Brioude ils étaient 7 dont deux encadrants, Roanne deux dont un encadrant et pour le club nous étions 4, Anaïs, Célina, Elie et Pierre.
Tout le monde se retrouvent sur la rivière le samedi matin. Ceux de Brioude étaient déjà présents sur le bas de la rivière. Célina est parti sur le bas de la rivière avec Hugo et Maximilien. Pendant ce temps Anaïs, Elie et Pierre sont partis du haut. Tout le monde se retrouve sur le bas. Après quelques exercices nous remontons tous pour prendre le repas.
Après une restauration qui fait du bien à tous et un café, nous retournons sur le bassin. Les groupes sont reconstitués. Les exercices reprennent toujours avec autant de volonté de la part de tous.
Les organismes commençant à fatiguer, nous arrêtons la navigation pour se changer et aller rejoindre les gîtes. Pierre va faire les inscriptions et revient. Il est l’heure, après l’apéro de rigueur, de préparer le repas. La nuit tombée il est temps de reposer ces corps bien fatigués.
Le lendemain matin, après le petit déjeuner et la préparation du pique nique pour midi, il est temps de nettoyer les gîtes et de recharger les camions.
Nous arrivons sur le bassin. Le temps de se changer tout le monde ré embarque pour la dernière matinée de navigation. Après une restauration bien méritée, les groupes sont refait avec des changements d’embarcation en fonction des progrès de chacun. Sur le bas du parcours nous apprenons les appels. Pierre, en faisant un appel sur le plat et la pagaie sous le bateau, prend un bain. Pendant ce temps Anaïs et Elie ont pris des bateaux de type slalom pour progresser.
En fin de journée certains choisissent de passer la vague du haut à la nage. Des personnes sont sur le bord avec des cordes de sécurité si besoin.
Il est temps de se changer, recharger les remorques avant de repartir chacun chez soi.
Un bon weekend pour tous.

Sélectif régional de descente

Ce samedi 21 octobre avait lieu à Saint Just Saint Rambert le sélectif régional de descente ainsi que le challenge jeune. Le parcours était depuis le barrage jusqu’à la base soit environ 4 km.
Le temps était prévu au beau. Nous en profitons aussi pour faire une sortie eaux vives le matin. Du coup, nous sommes nombreux à nous rendre au barrage: Anaïs, Elie, Célina, Sonia, René, François et Pierre. C’est Christine qui prend la remorque. Heureusement elle passe sur le pont du Pertuiset. Plusieurs personnes prennent leur voiture, devant rentrer pour midi.
Nous nous retrouvons tous au barrage de Grangent pour embarquer. les voitures des personnes repartant sont laissées sur place.
Tout le monde embarque pour se réunir sur le contre du départ de la descente. Après le rituel  des photos de groupe, les deux groupes se forment. Pierre part avec Anaïs et Elie pour repérer le parcours et prendre les informations pour la descente.
L’autre groupe composé de Célina, Sonia, René et François font la descente à leur rythme.
Tout le monde se retrouve à l’arrivée. Pendant ce temps Christine est allée chercher les dossards pour la course.
Pendant que Christine remonte les personnes devant repartir les jeunes et Pierre prennent leur pique nique. Pierre va se renseigner pour le challenge jeune et inscrit Célina.
Il est temps de remonter au départ pour embarquer à l’heure. Pierre prend le Gatino pour assurer la sécurité. Au passage d’Élie et d’Anaïs il les encourage. Après le dernier descendeur Pierre rejoint l’arrivée. Pour le sélectif Anaïs finit 5ème et 3ème de la Loire, tandis qu’Elie finit 3ème. Lors de la descente Anaïs a dit bonjour à un bosquet d’arbre, ce qui lui a fait perdre de précieuses secondes.
Pierre reprend le bateau pour aller encourager Célina pour la course. Elle préfère qu’il soit sur le parcours pour lui indiquer le passage. Il l’accompagne sur la suite du parcours, de même pour la seconde manche.
Alors que tout le monde prend le gouter, les responsables viennent nous chercher pour la remise des prix. Et oui Célina et Anaïs finissent troisièmes dans leur catégorie.

Tout le monde était content de sa sortie.

RESULTATS_OFFICIELS-SR Saint Just 2017

La coupe des jeunes régionale

Le weekend du 14 et 15 octobre avait lieu le challenge régional jeunes. Il s’agissait de faire une équipe d’au moins 6 jeunes avec 3 filles pour être dans le classement par équipe.
Normalement nous étions bien le nombre avec 1 fille et 2 garçons de Saint Just, 1 fille et 2 garçons de Roanne et 1 fille du club (Anaïs).
Malheureusement, Ophélie de Saint Just n’est pas venue. Donc nous avions uniquement 2 filles.
Le samedi était consacré à l’eau calme avec la course en ligne sprint. Il s’agissait de parcourir le plus rapidement 150 m. Après avoir réussi à trouver un bateau pour Anaïs, elle a pu prendre ses deux départs. Elle finira 11ème alors que Chloé de Roanne sera première.
Après les matchs de kayak polo se sont disputés. Il s’agissait de deux matchs un contre Chambéry et le second contre la haute Loire. Deux succès dont le second très largement (10- 5).
Après ces deux épreuves il est temps de rejoindre le gite et de s’installer. Les jeunes se répartissent les chambres. Le temps de prendre les douches, il est temps de retourner au stade pour le repas du soir. Le repas agréable pris nous retournons au gîte.
Pour le lendemain le réveil est prévu pour 8h afin d’avoir le temps de ranger et nettoyer le gîte et d’être à l’heure pour les épreuves.
Le dimanche les épreuves concernent l’eau vive. Une descente et un slalom. L’apprentissage se déroule sur le bras de liaison pour Anaïs et Chloé. Nous aidons les jeunes à repérer le parcours à partir du bord de la rivière. Il y aura deux manches. Anaïs finira 10ème juste derrière Chloé.
Nous remontons pour prendre un repas au snack. Après s’être restaurer il est temps de redescendre sur le bas de la rivière pour le slalom.
Nous expliquons aux jeunes le parcours et le passage des portes. Les deux manches se déroulent sans bain. Les parents d’Anaïs sont venus pour l’encourager. Anaïs finira 12ème juste devant Chloé.
Il est temps de remonter tout le matériel aux véhicules, recharger les bateaux pendant que les jeunes vont se changer.
Nous redescendons pour la remise des  prix. Pour le classement des départements le CD 42 finit dernier à cause du manque d’une fille.
Nous prenons le chemin du retour. Un weekend bien rempli et bien fatiguant pour Anaïs qui a bien participé et a donné tout ce qu’elle pouvait.

RESULTATS_CEL_CRJ

Résultats_DESChallenge régional

Résultats_KPchallenge régional

Résultats_SLAchallenge régional

Les mondiaux à Pau

Le club s’était inscrit pour bénéficier des pass pour les trois jours des finales des Championnats du Monde du 29 novembre au 1er octobre. Le club avait été retenu. Du coup, 9 personnes pouvaient en profiter. Les conditions, assez contraignantes, demandaient 50 % de jeunes et 30 % de femmes. Après un tour rapide des adhérents, il est proposé à Anaïs, Elie, Maeva et pour les adultes François et Pierre.
En définitive, les participants seront Anaïs, Célina, Elie, René et Pierre. L’hébergement est prévu sous tente. Tout le monde prévoit son matériel et Pierre récupère le coffre de toit de Sonia.
Le rendez vous est prévu à 3h30 à a vigie pour un départ à 4H. Tout le monde est à l’heure. Après avoir chargé la voiture, nous partons vers 4h. La route sera longue: 610 km et 8h de route. Le début du trajet se passe sans problème. Les jeunes derrière dorment. Nous nous arrêtons au bout de 4h pour prendre un petit déjeuner. C’est René qui reprend le volant. Nous arrivons vers 12h à Pau. Le temps de se rendre à l’entrée et de récupérer les pass, nous nous rendons au bord du bassin pour les premières demi finale de slalom. Le temps est au grand beau. Pendant une pause Pierre décide d’aller récupérer la voiture pour la ramener vers la zone de camping. Après s’être un peu perdu et passer devant le château de Pau.La voiture est finalement ramenée vers le camping. Il rejoint les autres pour installer le camping. Après avoir amener sur zone l’ensemble du matériel, les tentes sont montées ainsi que l’abri.Nous retournons sur le bassin pour assister aux finales de slalom. Un beau spectacle est apprécié de tous sous le soleil.

Lors de la remise des médailles nous retournons au camping.
Après avoir fait chauffer le repas, tout le monde se restaure. Pour la vaisselle se sont les jeunes qui s’en chargent; Par contre, Pierre ayant oublié le produit vaisselle et l’éponge, les jeunes se débrouillent avec les moyens du bord.
La nuit étant tombée chacun rejoint sa tente.
Le second jour se présente moins bien. En effet la pluie fait son apparition. Les épreuves du jour sont encore le slalom pour le matin et la descente pour la fin d’après midi. Pierre en profite pour aller acheter ce qu’il manque et faire le plein d’essence.
Il rejoint tout le monde sur le stade. Après avoir pris le repas du midi et profitant d’une pause dans le programme une visite rapide de Pau est organisée. Nous pouvons profiter d’une accalmie pour monter sur les hauteurs. Anaïs découvre le funiculaire. Les premières gouttes nous font retourner à la voitures pour retourner au stade. Nous profitons pour admirer les finales. Anaïs et Célina arrivent à se glisser sur l’aire d’arrivée et du coup récupèrent des autographes.
Ensuite les épreuves de descente commencent.

la fin des épreuves ayant lieu vers 20 h, nous essayons d’installer des systèmes d’éclairages pour faire chauffer le repas et manger. Il est décidé de faire la vaisselle le lendemain matin.
Le dimanche nous nous levons et constatons que le temps n’est pas vraiment au beau. Des averses ont lieu régulièrement. Nous décidons de ranger les affaires dans les sacs et de plier les tentes plus tard, en espérant que le soleil fasse son apparition pour faire sécher les tentes.
Nous allons voir les premières épreuves de slalom extrême. A midi nous retournons au camping pour se restaurer. Après le repas, Pierre reste au camping. Les autres vont voir les huitièmes de finales. Tout le monde se retrouve vers 13h30. Pierre a plié certaines tentes, ramener des affaires à la voiture. Nous finissons de ranger et de charger correctement la voiture. Nous partons vers 14h15 au lieu des 14h prévues.
Le retour se passe sans problème. Nous nous arrêtons sur une aire d’autoroute pour le repas du soir. Nous arrivons à la Vigie vers 22h30. Le temps que chacun reprennent ses affaires chaque participant rentre chez lui.
Un weekend bien rempli avec plein de souvenirs.

Les Photos

La vidéo

Sortie à Saint Pierre

Lors du dernier bureau une sortie eaux vives est prévue le 16 septembre. L’invitation étant lancée, les participants seront seront Anaïs, Celina, Elie, Hervé et Pierre.
Le rendez vous est prévu à 8h30 à la Vigie. Le temps de prendre le matériel et de charger les bateaux sur les voitures, nous voilà partis.
Arrivés sur place, les jeunes vont se changer après avoir déchargé les bateaux. Pierre partira du plan d’eau avec Célina pour rejoindre le bas de la rivière pendant qu’Anaïs, Elie et Hervé partirons du haut.
Célina reprend très vite ses marques et remonte facilement le bas de la rivière. Elle apprend à mieux diriger son bateau et à faire les stops. Les autres participants nous rejoignent et nous décidons de faire la descente à partir du bras de liaison. Anaïs, Elie et Hervé embarquent. Pendant qu’ils se positionnent pour la sécurité, Célina embarque ainsi que Pierre. La descente est commencée et se passe sans encombre.
Nous décidons d’aller prendre l’ascenseur pour faire la descente du haut. Célina n’est pas rassurée. Elle passe sans encombre la machine à laver. Nous descendons le reste de la rivière tranquillement en effectuant les stops pour faciliter le passage des rapides pour Célina. Arrivée au dessus du rouleau américain, Célina se fait prendre la pointe de son bateau et se retrouve en marche arrière, résultat un bain. Elle a du mal à vouloir repartir. Par contre nous voulons la faire stopper avant le rapide de l’ascenseur, afin d’éviter la dernière vague. Elle n’arrive pas à faire le stop. Du coup Pierre se précipite pour prendre la pointe avant pour guider Célina. Nous passons en définitive l’ascenseur et le rapide suivant sans bain pour Célina. Par contre Pierre goute à la température de l’eau.
Tout le monde débarque pour embarquer juste en dessous de la chute. Tout le monde remonte et débarque juste à l’arrivée de l’ascenseur. Des gouttes d’eau commencent à tomber. Elles s’arrêtent, juste le temps de s’installer pour se restaurer. A la fin du repas la pluie redouble d’intensité. Nous allons nous réfugier à l’abri au niveau de l’entrée. La pluie se calme et le soleil revient. Par contre nous sommes obligés d’attendre que le niveau d’eau remonte. L’arrivée avait été coupée pour décoincer un raft.
Pour la reprise de l’après midi, Célina ne veut pas redescendre du haut. Hervé part avec elle pour rejoindre le bas de la rivière. Anaïs, Elie et Pierre partent du haut. Le long de la descente des exercices sont effectués pour travailler sur la direction et la maitrise du bateau. Nous rejoignons Hervé et Célina qui ont fait une descente du bras de liaison. Anaïs et Elie souhaitent faire la première vague. Nous remontons le lac et nous nous rendons sur le haut du bassin. Hervé se lance en premier suivi d’Anaïs et Elie. Pierre clot le groupe. Pierre et Anaïs prennent un bain. Célina a pu admirer le passage de chacun confortablement installer sur les escaliers.
Il est temps de se changer, recharger les bateaux avant de reprendre la route. Tout le monde arrive à la Vigie et aide au rangement du matériel.

Une bonne journée pour tous.

 

Sortie sur l’Allier

Suite à la réunion du bureau du jeudi, François informe qu’il fera l’Allier sup avec David le samedi ou le dimanche. Pierre précise qu’il préfère le dimanche.
Vu que personne d’autre ne s’est signalé le départ sera à 8 h de Saint Didier. Pierre a remonté son kayak le samedi afin que François puisse le charger directement sur sa voiture. Nous prenons la route direction Chapeauroux. Le trajet se passe sans encombre. Nous arrivons à Chapeauroux avec un ciel nuageux et un peu frais. Le niveau est plus haut que le weekend du 15 août. En effet, les débits  sont d’environ 12 m3. Juste le temps de se changer, de mettre les affaires dans les bonnes voitures et nous voilà partis pour Saint Étienne du Vigan. Au parking il n’y a aucune voiture.
Nous descendons pour embarquer. Après un petit échauffement en remontant nous prenons le sens de la descente. Les premiers rapides se passent sans problème. Pierre ouvre le parcours. Ne reconnaissant pas le rapide du S, il le passe et attend à la fin. Tout le monde est passé sans encombre. La triple chute arrive. François passe en premier pour filmer. Pierre en second passe sans problème avec un beau saut sur la fin. Au tour de David. Sur la fin l’appui n’est pas suffisant pour éviter le bain.
Après avoir vider le bateau et réembarquer nous reprenons la navigation. Le déculottoir arrive très vite et tout le monde le passe sans difficulté. Nous arrivons au pont de Jonchères.
La suite du parcours sera plus mouvementé. Si jusqu’à l’ex infran tout se passe bien (il sera porté), la suite permettra à Pierre de gouter à l’eau de l’Allier. Le premier bain se passe à la fin d’un rapide ou Pierre se fait prendre l’arrière du kayak dans un rappel. François a pu admirer la belle chandelle arrière. Sur le parcours nous effectuons une petite pause pour se restaurer.Pierre enchainera les bains pour finir avec le record de cinq. Après le cinquième et le plus douloureux pour les fesses, Pierre décide de se reprendre et d’arrêter de pagayer en dilettante. Du coup il repasse devant et le parcours se finit bien.
En arrivant des nuages bien noirs sont présents sur Chapeauroux.Tout le monde se change. François remonte avec David pour faire la navette. Pendant ce temps Pierre surveille les bateaux. Tout d’un coup les coups de tonnerre se font plus présents. Pierre retourne les kayaks, met des affaires en dessous à l’abri et se rend au bar quand les premières gouttes se mettent à tomber. Nous aurons droit à un bon orage avec de la grêle. Nous chargeons les bateaux sous la pluie moins forte.
Le retour s’effectuera sans problème.

 Les photos

La vidéo

Sortie à Saint Pierre

Profitant de la fin des vacances, il est décidé d’organiser une sortie d’eaux vives le 23 août. Vus les niveaux d’eau, la destination sera Saint Pierre. Le rendez vous est fixé à 9h à la vigie. Les participants sont Anaïs, Célina, Elie, Maeva, Sonia et Pierre.
Le choix des bateaux effectué, la remorque est chargée. Dans la voiture nous organisons les groupes, sachant que Célina et Maeva sont débutantes elles devront rester sur le bas de la rivière. les deux autres jeunes décident que le matin ils resteront sur le bas de la rivière.
Arrivés sur place, les jeunes vont se changer dans les vestiaires pendant que Pierre va régler les entrées.
Une fois que tout le monde est changé, les bateaux déchargés, nous nous dirigeons vers le plan d »eau pour rejoindre le bas de la rivière. Les exercices commencent par des reprises de courant avant de s’entrainer sur les bacs. Maeva reprend vite les bonnes habitudes. Alors que Pierre reste sur les derniers rapides, Sonia, Anaïs et Elie remontent la rivière pour s’entrainer sur les rapides un peu plus haut.
Célina se débrouille très bien pour une première sortie en eaux vives. Elle arrive à faire les bacs, les reprises et même remonter le courant le long des berges. Anaïs et Elie nous rejoigne sur les premiers rapides. Pierre leur demande de s’entrainer sur l’esquimautage. le premier exercice consiste à baigner en fin de rapide et d’esquimauter. Les deux le font sans difficultés. L’exercice suivant est de se mettre en cravate sur un rocher, mauvaise gîte et donc bains obligatoires et esquimautage. Le premier à le tenter est Elie, il n’arrive pas à esquimauter et du coup déjupe. Anaïs essaye ensuite mais prend le bain bien avant le rocher, et du coup esquimaute sans difficulté.
Pendant ce temps les exercices avec Célina et Maeva continuent. Nous continuons à remonter la rivière. Elles font très bien le bac avec le rocher au milieu. Le temps passant il est l’heure de retourner pour se restaurer. Célina a un peu peur de l’ascenseur, mais tout se passe bien.
Nous essayons de trouver un peu d’ombre pour prendre nos repas, la chaleur commence sérieusement à augmenter. Le repas fini, les groupes sont refaits. Pierre descendra du haut avec Anaïs et Elie. Pendant ce temps Sonia retourne sur le bas de la rivière avec Célina et Maeva.
La descente du haut est compliquée, du fait de la présence importante des slalomeurs et des hydrospeeds. Quelques exercices sont quand même mis en place. Nous arrivons à l’ascenseur. Anaïs appréhende de le prendre. Elle s’engage et le passe très bien. Nous rejoignons les autres sur le bas de la rivière.
il est décidé de faire la descente depuis le bras de liaison. Pierre explique à Célina comment passer le premier rapide. Anaïs et Elie se positionnent pendant que Célina embarque. Sonia tient le bateau de Célina, pendant que Pierre embarque. Au moment du départ Célina ne veut pas que Sonia lâche le kayak. Célina passe le premier rapide sans problème et continue la descente sans bain. Une grande première pour elle. Nous remontons sur le haut de la rivière. Anaïs et Maeva décident de descendre le rapide du haut en position de sécurité. Les autres se trempent dans l’eau pour avoir moins chaud. Il est temps de se changer et d’aller manger une glace comme prévu. Les jeunes mettent du temps à choisir. Après que tout le monde ait fini sa dégustation il est temps de repartir.
Une journée bien remplie et pour Célina une première en eaux vives sans aucun bain.