Stage sur le Tarn

Pour ce WE de 3 jours, le club est parti en vadrouille : direction FLorac (Lozère).
La remorque a été chargée lors de perm du mardi, test grandeur nature pour les caissons installés ce printemps.
RDV à 7h30 au club vendredi matin pour le départ,  un petit échange de bateau … et c’est parti en direction du camping au Pont du Tarn. Arrivée un peu avant midi, installation dans le bungalow et bricolage de la prise de la remorque qui n’aime pas l’humidité du garage : en attendant Mathilde qui est …. en retard …  Celle-ci arrive vers 13h mais nos bricoleurs tardent à se mettre à table.

15 h – on se change et 1ère navette : se garer à Quézac! On trouve un parking en rive droite mais une barrière empêche Sonia de passer avec le coffre de toit. Après quelques manœuvres de remorque – retour au camping un peu avant 16h.
Le reste du groupe a porté les bateaux jusqu’au Tarn et certains sont déjà à l’échauffement … les navettistes embarquent et rejoignent le groupe sur le petit rapide en amont. Elie est motivé, il tente d’imiter Christophe et … inaugure les bains pour le WE.
Le début de la descente va un peu trop vite pour Mathilde qui demande si quelqu’un a un train à prendre… du coup, chaque rapide est fortement exploité jusqu’à 18h … Après une petite inquiétude s’empare du groupe, nous n’avons toujours pas vu le pont de … qui nous mettrait à 1,6 km de l’arrivée. Nous décidons de tracer, surtout que le ciel se couvre, puis se met à grogner avant une petit déluge d’un petit 1/4 h. Mais le parcours se révèle intéressant avec 2-3 rapides plutôt relevés pour une partie du groupe (jolis III), passés sans encombres. Au bout d’une heure à vive allure, le pont est en vue. Anaïs, Elie, Mathilde et Sonia décident de stopper là, un peu fatigués. Les gars poursuivent … les minutes passent et nous commençons à nous inquiéter … presque 1h après, ils arrivent … à pied, le virage à l’équerre pour passer le pont n’a pas été tenté avec la remorque. La voiture de Sonia s’est montrée un peu récalcitrante selon eux (quelques difficultés  à trouver la marche arrière)!
les 4 naufragés se changent et pendant ce temps, la remorque finit tranquillement de se remplir … 20h30 : nous arrivons au camping, les gars sont missionnés pour localiser avant la nuit le barbecue … mais avant pause apéro. Pendant ce temps, Anaïs se penche sur l’histoire romaine … 22h arrivée des premières chipos et merguez, le gratin préparé par Sonia étant chaud, une partie du groupe attaque. Vu l’heure, Elie échappe à la corvée vaisselle pour ce soir. Vers minuit, tout s’éteint doucement … c’était sans compter une tentative de corruption de nos retraités : pris en flagrant délit de candy Crush sur la tablette !

Deuxième jour : le lever était prévu entre 8 et 9h. A 8h tout le bungalow est debout, début du petit déj. Mais avant tentative de réveil du campeur, en vain, ce dernier n’entend que son réveil programmé à 8h30.
Dom part chercher le pain pour les sandwichs du midi, Christophe et Mathilde partent en repérage : Tarnon ou Tarn ? A leur retour, les pains bagnats sont prêts. Nous nous changeons et départ pour …. . La descente de la matinée est bien sympa, de beaux passages III qui se passent sans problème ou presque. Elie est lancé pour un WE natation et oublie le bisou-caillou sur un stop involontaire …
Peu après c’est à Hervé de nager après une tentative de surf : sous les applaudissement de sa supportrice Anaïs qui attendait ce moment depuis longtemps. A quelques mètres de l’arrivée, notre responsable matériel se dévoue pour tester la pagaie de secours (achetée début avril); en coinçant la pale de sa prijon entre 2 pierres.
Arrivés au camping vers 12h30, les navettistes partent récupérer les voitures tandis que le pique-nique est acheminé vers le bord de l’eau. Enfin, pour cela, nous avons dû tester le niveau d’escalade de notre benjamine, les clés ayant été oubliés dans le gilet au bord de l’eau… heureusement les fenêtres étaient elles grandes ouvertes …
Pique-nique au soleil tranquillement, puis repérage d’un pont vu la veille pour raccourcir la descente. Re-navette, et embarquement à 14h30 … échaudés par la veille et souhaitant garder des forces pour le lendemain, la descente est rapide, presque trop… au bout d’une heure le pont est en vue… Juste avant le dernier rapide, Dom a trop chaud et se met volontairement à l’eau, et décide de finir à la nage … Petit cours sur l’éphémère, puis c’est la vengeance… Anaïs n’a pas « bainé » … du coup, Christophe et Hervé s’en chargent.
Après un peu de repos et le temps de prendre des douches, Mathilde propose d’aller acheter des glaces. Tout le monde est d’accord. Nous en profitons aussi pour faire le plein de bières.
Chacun mange sa glace. Dom se charge de faire le professeur pour Anaïs qui a une dictée et de l’histoire à faire. Le barbecue est relancé pour la cuisson des cuisses de poulet.

Troisième jour: le lever est prévu pour 7h30, le ménage du bengalo devant être effectué. Le petit déjeuner pris chacun s’active pour ranger ses affaires et commencer le nettoyage. Pierre plie sa tente, la méthode commence à rentrer.
Le ménage fini et les voitures chargées, les premiers partent pour faire le plein d’essence. Pierre va récupérer le chèque de caution et avec Mathilde tout le monde se rejoint pour l’essence. Le convoi s’ébranle pour se rendre aux Vignes afin de faire la dernière partie de navigation les Vignes- Le Rosier. Les navettes effectuées l’embarquement a lieu pour prendre la glissière des Vignes. La descente se navigue tranquillement. A mi parcours tout le monde débarque pour aller voir la grotte.
Nous réembarquons et continuons la navigation. Nous arrivons au rapide de la sablière que tout le monde passe sans problème. Mathilde recherche la plage où elle venait enfant avec ses cousins. Lors d’un rapide Pierre décide de compliquer le passage mais le bateau décide de se retourner: premier bain pour lui. La fin de la descente approche. A l’arrivée Hervé essaye de mettre à l’eau Anaïs qui résiste bien, finalement les deux passeront à l’eau.
Mathilde nous montre la maison de ses cousins. Seul Elie n’est pas passé à l’eau. La décision est prise d’arriver à la prendre pour le mettre dans l’eau: mission réussie.
Le matériel remonté  au parking, tout le monde se change et pendant la navette les bateaux sont chargés sur la remorque. La pagaie de Mathilde est cachée afin de la faire raler un peu.
Le pique nique est sorti et toute la troupe s’installe à une table. La fin de la journée approche, Mathilde décide de partir, mais Oh surprise pas de pagaie. Après lui avoir dit qu’elle devait être dans un coffre de la remorque, nous lui disons ou elle est cachée.
Le pique-nique rangé et tout le monde ayant pris place dans les voitures le convoi prend la route. Il est décidé de rejoindre l’A 72 pour aller plus vite. Dom est devant avec son GPS. Après la sortie de l’autoroute il s’engage sur des petites routes de campagne. Nous longeons le Chapeauroux et arrivons au Nouveau Monde. Dommage les bateaux ne sont pas la pour faire le Haut Allier.
Tout le monde se retrouve à la Vigie. Le matériel est rangé.
Encore un weekend de navigation bien rempli avec plein de souvenirs.

Vidéo du 8 mai
Vidéo du 9 mai
Photos du 8 mai
Photos du 9 mai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.