Archives de catégorie : Les Activités

Sortie à Saint Pierre de Bœuf

Pour le troisième jour de ce weekend prolongé, une sortie sur Saint Pierre est organisée. Ceci permettra à tous de pouvoir participer. Nous sommes six à venir: Anaïs, Claude, Elie, Hervé, Pierre et Sonia.
Sonia va pouvoir essayer son bateau tout neuf qu’elle a préparé dimanche chez elle avec des gonfles et des calages.
Le rendez vous était fixé à 8h30 à la vigie. Tout le monde est à l’heure. Nous chargeons la remorque et la voiture de Sonia nous permet de prendre une seule voiture. Nous prenons la direction de Saint Pierre sous un ciel nuageux, mais au fur à mesure que nous avançons le soleil fait son apparition.
Peu de temps avant l’arrivée, un gros bruit. Un kayak est tombé de la remorque, c’est celui de Pierre. Qui l’avait sanglé? Lui même donc pas de reproche à qui que ce soit. Le kayak refixé sur la remorque nous finissons la route. Arrivés à Saint Pierre, pendant que Pierre va payer les entrées les autres déchargent les kayaks.
Tous les protagonistes se mettent en tenue. La discussion s’oriente sur l’organisation du groupe. Certains ne souhaitent pas partir du haut, mais finalement il est décidé de faire des exercices sur le haut avant de faire la descente sans pratiquer d’exercice. Sonia prend en main son nouveau bateau, elle se sent plus instable qu’avec le gatino.
Après un certain temps il est décidé de faire la descente. Hervé passe en premier. Tout le monde passe la machine à laver sans problème. Les stops ne sont pas forcément très précis mais pas de bain. Nous continuons mais sur le rapide suivant premier bain: c’est Claude. Hervé part à la recherche du bateau. Les autres continuent la descente en faisant quelques exercices. Tout se passe bien jusqu’au rapide du bras de liaison. Pierre fait le stop à gauche pour assurer la sécurité. Tout le monde passe. Pierre reprend donc le courant, mais arrivant sur le premier rocher il hésite droite ou gauche, du coup il prend tout droit sur le rocher et la conséquence est sans appel: bain.
Après qu’Anaïs ait récupéré la pagaie et fait un bac avec, tout le monde peut réembarquer. Nous nous arrêtons sur le rapide plus bas afin de travailler la reprise le stop et le bac. Anaïs essaye le bac au dessus du rocher, sans succès mais sans bain.
Nous redescendons jusqu’au bas pour revenir sur le haut de la rivière. Tout le monde est repartant pour refaire une descente. Cette fois c’est Sonia qui prend un bain en voulant sauter un rocher. Après des exercices les estomacs crient famine. Nous décidons donc de remonter pour se restaurer. Le temps du repas les nuages noirs arrivent et s’accumulent. Mais heureusement ils partent et pour l’après midi nous n’aurons pas de pluie.
Anaïs, Elie et Hervé décident de partir de tout en haut et de passer les premières vagues. Tout le monde se retrouve sur le plat. Nous entamons une nouvelle descente. En remontant Sonia et Claude se sentent fatigués et du coup débarquent. Du coup nouvelles règles pour la descente: le plus rapidement possible jusqu’au bras de liaison. C’est Pierre qui arrive en premier mais tout le monde n’était pas parti en même temps. Du coup le jeu est à recommencer. Cette fois tout le monde est en ligne. C’est Elie qui arrive en premier suivi de très près par Pierre qui a été gêné par un kayakiste.
Après être remonté, tout le monde débarque et se change. Anaïs demande à aller prendre une douche: elle a 5 mn. Le temps sera respecté.
Pendant ce temps la remorque est chargée, les bateaux fixés en vérifiant bien les sanglages. Tout est en ordre. Nous pouvons prendre le chemin du retour.

Une bonne journée avec quelques bains.

La vidéo

Vidéo 2

Sortie de Goudet à Pont de Chadron

Lors d’une réunion de bureau CKCF, il est envisagé de participer au stage proposé par le comité départemental le week-end de Pentecôte du 19 au 21 mai. Tout le monde se réjouit de ce déplacement sur la Durance. C’était sans compter sur les dieux de la météo, qui cette année ont déversé, énormément de neige sur les montagnes alpines, ainsi que de grosses pluies orageuses en mai. Résultat : le débit impressionnant sur la Durance (140m3) nous fait renoncer à ce beau week-end en perspective !

Une solution de repli est vite trouvée… Le club naviguera quand même ces 3 jours, sur des rivières plus proches de chez nous, sans avoir besoin de  découcher ! Il est alors décidé une navigation sur l’Allier le samedi, la Loire de Goudet le dimanche et la rivière artificielle de St Pierre de Bœuf le lundi.

Rendez vous pris à 8H30 le samedi, à notre base nautique de la Vigie Mouette, pour un chargement de remorque ; Sonia, René, Pierre et François sont présents. Pierre nous annonce des débits sur l’Allier très impressionnants. Malgré la baisse régulière des niveaux d’eau des derniers jours, il dévale encore 75m3 d’eau entre Monistrol d’Allier et Prades ! Beaucoup trop pour les kayakistes du club, dont certains se réjouissaient enfin d’effectuer leur première navigation sur ce tronçon là.

Mais au CKCF, nous ne renonçons pas… l’appel de l’eau est plus fort. A la place, direction Goudet, où les niveaux d’eau assez élevés (16m3) permettent cependant la navigation. On sent toutefois de l’appréhension chez certains, les différents récits qu’ils ont entendus sur de précédentes navigations cumulés au fort débit, les impressionnent. Sonia s’imagine déjà remporter le trophée du plus grand nombre de bains comme à son habitude !

Le soleil est au rendez vous, il fait même très chaud lorsque nous embarquons à Goudet devant l’auberge vers 11H30. Très rapidement, nous constatons que la rivière bouillonne, le premier rapide sans difficulté apparente, secoue Sonia qui boit la tasse dans un gros rouleau sans même dessaler… le ton est donné, l’aventure s’annonce très sportive.

A l’approche du second rapide, les kayakistes sont divisés quant au choix de la trajectoire : à droite du gros rocher pour Pierre, à gauche pour François… René et Sonia hésitent. A droite, Pierre a beaucoup été secoué et la grosse vague la projeté vers les branchages, mais il est passé. A gauche, il semblerait que François ait un peu moins bataillé. René s’engage à droite, suivant la même direction que Pierre, mais se coince dans les branches, se retrouve en marche arrière, puis en cravate contre le second rocher, finalement c’est la chute. Pas rassurée, Sonia tente à gauche, mais le courant trop fort, l’embarque à droite, la grosse vague envoie le bateau directement dans les branches comme René, le bateau se coince complètement, le bain est instantané, 1ère tasse, le kayak saute le second rocher recouvert par le courant, Sonia suit le même chemin et joue au toboggan tête la première, perd sa pagaie,  2ème tasse, s’ensuit un train de grosses vagues, 3ème et 4ème tasse. Il est temps de sortir la tête de l’eau, heureusement le bas du rapide est en vue, 2 kayakistes à l’eau, le matériel est récupéré mais il manque une pagaie. Pierre remonte le courant pour la retrouver, Ouf !

Après une pause pour reprendre son souffle et vider les bateaux, nous voilà repartis, la tension est un peu plus pesante : la Loire c’est bien, ça change de notre tronçon habituel Pont de Lignon Bas en Basset, mais qu’est-ce que ça remue.

Une succession de rapides relativement plus simple s’enchaîne, nous reprenons confiance. François effectue des surfs à chaque rapide. Le paysage est magnifique entre les orgues basaltiques, des falaises abruptes, le soleil, des genets en fleurs…

Arrive un passage critique, des arbres et branchages en travers de la rivière, nous slalomons entre, sans aucune visibilité sur la suite du rapide, nous respectons nos intervalles de sécurité et enchaînons la descente, aucun stop n’est possible. Pierre montre le chemin, tape un caillou, passe sur une branche dépassant à peine de l’eau, évite le drossage à droite puis stoppe à gauche. Sonia suit exactement la même trajectoire sans éviter les mêmes petits pièges, et miracle ça passe ! René se débrouille assez bien dans le courant, mais effectue une erreur de gite juste en sortie de rapide qui le déstabilise et c’est un deuxième bain.

Seconde hésitation à l’entrée d’une passe sans trop de visibilité, Pierre décide à droite fort heureusement, par la gauche se trouvait une pile de pont avec un fort courant.

La fatigue commence à se faire sentir surtout chez René qui enchaine un 3ème puis 4ème bain dans un rapide pas si compliqué mais qui se retrouve coincé dans un drossage entre son bateau et les branches, une petite frayeur.

A peine plus loin, Pierre chute dans un rapide très simple, que lui arrive t-il ? Il fermait la marche, du coup personne n’a rien vu et ça l’arrange bien !!! Et comme par hasard, plus de batterie sur la caméra… on n’aura pas l’explication.

Depuis un petit moment déjà Pierre nous dit que l’on est plus très loin de la confluence de la Gazeille et donc de l’arrivée ; mais le temps défile, nous fatiguons, nous avons faim, il est maintenant 13H30 et toujours pas de Gazeille en vue.

Troisième hésitation à l’entrée d’un rapide, passe de gauche ou droite : ce sera par la droite malgré l’arbre couché en travers et un petit drossage, passage réussi heureusement, vu du bas la passe de gauche était autrement plus compliquée avec un fort drossage dans les racines d’arbres.

La suite se déroule sans accroc jusqu’à la Gazeille. Les grosses crues de l’automne on séparé en deux le lit de la rivière au niveau de la confluence. Que fait-on ? Passe de gauche ou tentons un débarquement pour naviguer quelques mètres sur la Gazeille ? Finalement nous allons rester à gauche sur la Loire, un peu par fainéantise. Bien mal nous en a pris puisque Sonia s’est retrouvée à l’eau pour le second bain de la journée, éjectée par une grosse vague puis envoyée dans le drossage ; suivi de prêt par René (5ème bain) tombé sensiblement au même endroit. En général, Sonia et René sont fort solidaires dans leur bain…

Le pont de l’arrivée est en vue, un dernier petit rapide, passé de justesse pour René qui tombe de fatigue et nous voilà arrivé sur la plage de Pont de Chadron avec une multitude de spectateurs venus profité du soleil pour un picnic. Il nous aura fallu 3 bonnes heures pour effectuer les 16km de descente.

Très belle descente, quelques belles frayeurs lors des bains, mais nous sommes tous très contents et surtout assez fiers de nos prouesses sportives. Président, attention, maintenant lorsque nous évoquerons une descente sur Goudet, nous saurons de quoi on parle, plus question de nous dire que cette descente n’est guère plus difficile que notre traditionnelle descente Pont de Lignon Bas en Basset !

Vidéo de Pierre
Vidéo de François
Photos

Sortie le 8 mai

Profitant de cette semaine avec de nombreux jours fériés, il est proposé de faire une sortie sur l’Allier le 8 mai. Une annonce est lancée aux personnes susceptibles d’avoir le niveau. En effet le parcours sera Monistrol Prades avec un débit d’environ 23 m3.
Les réponses arrivent les unes après les autres, mais toutes négatives. En définitif seuls François et Pierre sont partants. Le rendez vous est fixé à 8h à Saint Didier. Des orages sont annoncés pour l’après midi et nous préférons les éviter.
Après avoir fait les navettes, s’être changer nous embarquons. Pierre fait un petit échauffement avant de se lancer dans la descente. Au niveau de la centrale nous constatons qu’il turbine. Sur le premier rapide Pierre passe à gauche, c’était à droite le plus simple. Nous enchainons tranquillement. Nous arrivons sur le rapide la benne. Pierre prend complètement à gauche tandis que François prend au milieu. Le passage complètement à droite, le long du rocher était vraiment très chaud.
La descente se continue sans encombre malgré les niveaux élevés. En arrivant vers la roche qui pleure nous apercevons un gros trou , le but est de l’éviter. Tout le monde le prend bien et pas de bain. La baraque à poneys arrive. Entrée à droite et sortie droite ou gauche. Pierre passe en premier suivi de François. Tout se passe bien.
La fin de la descente se déroule sans encombre. Nous arrivons à Prades. Sur le rapide en face de la plage nous nous amusons un peu à surfer. Enfin nous débarquons. Le soleil nous aura suivi toute la descente. Même pour le repas il est là. Nous en profitons pour commencer à faire sécher les habits.
Le repas fini nous chargeons les kayaks pour remonter à Monistrol. Sur le parking presque pas de voiture. Nous rechargeons les bateaux sur les voitures respectives, avant de prendre la route.

Une belle descente avec des trains de vagues super.

Les Photos
La vidéo

Sortie en eaux vives le 22 avril

Sur le planning des sorties il était prévu une sortie en eaux vives le 22 avril. Les protagonistes deviennent rares. Sonia ne peut plus bouger l’épaule, les jeunes ne peuvent pas venir, René, Claude et Marc ne peuvent se joindre à nous.
Donc seul Alexandre, François et Pierre sont partants. Pour Alexandre cela sera la première sortie avec le club. Le parcours sera la Loire de Pont de Lignon à Bas. Le débarquement aura lieu aux Roches plates.
Rendez vous est donc pris à la Vigie à 9h30. François passe chercher Alexandre à Saint Just Malmont. Tout le monde se retrouve à la Vigie. Alexandre prendra le Gatino. Les bateaux chargés sur la voiture de François, nous nous dirigeons à l’arrivée. Nous nous changeons et remontons sur Pont de Lignon. Nous embarquons et François donne les explications à Alexandre sur les gîtes et contre gîtes pour les stops et reprises de courant à l’embouchure du Lignon.
La descente peut commencer. Après le premier rapide tout le monde fait le stop. Pendant que François et Pierre s’essayent au surf, Alexandre s’entraine aux bacs. La vague n’est pas de la bonne taille pour surfer. Nous continuons donc la descente.
Nous arrivons aux trois fourches. Pierre passe en premier et fait le stop en haut du rapide. Alexandre passe en second sans encombre. Nous retrouvons en bas du rapide. La première difficulté est passée.
Sur les rapides suivants, nous effectuons quelques stops, des surfs et des reprises. Nous arrivons tranquillement au rapide dans lequel peut se former un rouleau. Tout le monde s’essaye à rester dans le rouleau; Au cours d’un essai Alexandre n’ est pas loin de prendre un bain, mais il se récupère très bien.
Nous arrivons au dernier rapide. François, pour tester les capacités d’Alexandre lui demande de faire stop et reprise derrière le premier rocher. Et là ce qui devait arriver est arrivé : un bain. François s’occupe d’Alexandre pendant que Pierre s’occupe du bateau.
Après le vidage du bateau, Alexandre  réembarque et nous finissons la descente. Le temps de se changer, charger les bateaux et de remonter au point de départ pour récupérer la voiture de François.
Seul Pierre repassera par la Vigie pour laisser le matériel.

Une belle sortie et une première expérience pour Alexandre au cours de laquelle les techniques ont été travaillées et les limites trouvées.

Les photos

Stage sur l’Ardèche

Pendant les vacances scolaires de printemps eut lieu le stage départemental. Cette année il était organisé sur l’Ardèche au camping de la Digue à Chauzon du 12 au 15 avril. Il s’agissait aussi du stage de formation pour l’AMFPC. Elie ayant l’âge requis l’a fait. Nous étions donc trois du club: Anaïs, Elie et Pierre.
Le rendez vous était fixé à 8h à la base de Saint Just. Pour éviter des trajets, Pierre avait récupéré les kayaks la veille et le rendez vous avec la famille Fournier fût organisé sur le parking d’Auchan. Après avoir chargé toutes les affaires dans la voitures, nous nous rendons à B2LF. Le temps de mettre les affaires dans les camions et les bateaux sur les remorques le convoi s’ébranle pour se rendre dans l’Ardèche. Nous partons sous le soleil, mais au fur et à mesure que nous nous dirigeons vers le sud le temps se couvre. Nous trouvons même la pluie.
Arrivés au camping nous déchargeons les affaires et nous nous installons dans les mobile-home. Nous prenons le repas et nous nous changeons pour effectuer la première descente. Elle se fera sous la pluie et le parcours est de Balazuc au camping.
Des groupes de navigation sont organisés. Les AMFPC sont 6. Les niveaux d’eau sont hauts et le courant bien présent. Pour s’échauffer, nous nous entrainons autour de la pile du pont pour effectuer des reprises, stops et bacs. La descente commence avec un beau drossage sur la gauche. Tout le monde le passe sans problème. La descente continue avec l’enchaînement de rapides et des drossages. Tout au long des exercices sont effectués. Petit à petit nous nous rapprochons de l’arrivée. Heureusement Alain est vigilant et repère le point de débarquement avant que le groupe ne le dépasse. Tout le monde débarque, remonte son bateau et va se mettre au sec. Pendant que les 6 stagiaires travaillent, les autres préparent le repas.
Vers 20h tout le monde se retrouve dans la grande pièce pour prendre le repas. La pluie continue de nous accompagner. A la fin du repas les stagiaires nous restituent le travail qui leur avait été demandé. Il est temps d’aller se reposer pour être en forme le lendemain.

2nd journée
Après une nuit à dormir nous nous réveillons toujours avec la pluie. Après discussion et recherche des niveaux d’eau et topos, il est décidé d’aller naviguer sur le Chassezac. Le parcours sera du pont de Vompdes au Pont de Maison-Neuve. Une fois tout le matériel chargé nous nous rendons au départ. Vu l’heure il est décidé de manger sur place avant d’embarquer. Une fois tout le monde restauré nous embarquons juste à l’aval du pont. Une reprise de courant est fatal pour un stagiaire, premier bain. La pluie nous accompagne durant une bonne partie de la descente. Les niveaux d’eau restent élevés. Les rapides se passent bien. Des exercices sont effectués tout le long de la descente. A l’arrivée nous trouvons de quoi faire un feu et se réchauffer le temps d’attendre la navette. Nous rentrons au camping. Ce soir arrivent d’autres stagiaires et notamment des personnes du sport santé. Le repas préparé et les cours d’AMFPC finis nous nous restaurons en espérant avoir du soleil le lendemain.

3éme journée
Au matin le temps est toujours aussi gris. Des gouttes de pluies se rappellent à notre bon souvenir. La journée se déroulera en deux parties. Le matin tout le monde naviguera sur l’Ardèche de Vogüé à Balazuc où nous prendrons le repas. Ensuite un groupe ira naviguer sur la Beaume, pendant que les autres referont le parcours jusqu’au camping. L’embarquement se passe sans problème. La descente se passe bien jusqu’à l’arrivée du premier barrage. Yannick et Alain vont repérer pendant que les autres attendent le feu vert. Les premiers passent sans problème. Par contre quand arrive le tour de Benjamin, tout se complique. Il est pris par le rappel. Du coup tout le monde débarque et transporte les bateaux à travers la forêt pour réembarquer sous le barrage. Après la marche pas toujours évidente tout le monde se retrouve sur l’eau. La descente peut reprendre.  Avec quelques difficultés dues à la végétation sur les berges le reste du parcours se passe sans véritable difficulté.
Nous arrivons au pont de Balazuc. Le niveau d’eau est moins important que le premier jour. Pour le repas nous avons une petite éclaircie. Le groupe se divise en deux, un qui part sur la Beaume à partir de Rosière et le second, avec les sport santé qui continue l’Ardèche. Pierre aurait bien aimé faire la Beaume mais il y a besoin d »encadrant avec le sport santé. Il fera donc la suite de l’Ardèche. Seul Elie fera la Beaume.
La descente de l’Ardèche se passe relativement bien. Quelques coincements dans les arbres et un bain lors d’un essai de reprise et stop. Nous arrivons au camping. Le temps de se changer, prendre une douche, nous attendons l’autre groupe. Le repas est préparé: couscous. par contre les autres n’arrivent pas, cela devient inquiétant. Ils arriveront vers 20h30. En réalité sur la fin du parcours Elie d’abord puis un autre AMFPC se font prendre dans un siphon. Les personnes n’ont rien mais les bateaux sont coincés En s’encordant ils ont réussi à récupérer un kayak mais pas celui d’Elie trop coincé dans le siphon. Il est grand temps de se restaurer. Nous verrons demain les niveaux d’eau pour faire la Beaume tous ensemble et récupérer le kayak.

4éme journée
Nous nous réveillons. Oh surprise plus de pluie et même presque du soleil. En prenant le petit déjeuner nous regardons les niveaux. La Beaume n’a pas assez descendu pour la faire avec les sports santé. Il faut se rabattre sur un autre parcours. La décision est prise que cela sera sur l’Ardèche. Nous essaierons de trouver un point d’embarquement sous le fameux barrage pour aller jusqu’au pont de Pradons.
Tout d’abord il faut ranger les mobile-homes, charger les camions et faire le ménage. Une fois les sandwichs faits et le chargement effectué nous prenons la route. Pour Elie il y a un bateau en plus et donc il pourra naviguer. Nous avons du mal à trouver un point d’embarquement. En définitif cela sera de Balazuc. Après s’être restaurés nous prenons la direction de l’eau pour embarquer. Le premier rapide se passe sans problème. Le reste de la descente se déroule aussi sans encombre particulière sauf sur un rapide. Pierre cherche les complications et prend un bon bain. Nous arrivons au dernier rapide avant le pont de l’arrivée. Une sécu est mise en place et chaque protagoniste passe à son tour. Tout le monde le passe sans encombre. Nous pouvons enfin débarquer. Le temps de ranger les bateaux, se changer il est grand temps de repartir.

Encore un weekend bien rempli avec de belles navigations et un futur AMFPC en plus dans le club

Le bateau d’Elie ne sera pas retrouvé malgré un retour sur place par Pierre

Sortie le 11 mars

Après la bonne décision de planifier les sorties d’eaux vives une fois par mois, la première est organisée le 11 mars. Vu les niveaux d’eau, et pour une première, cela sera la Loire de Pont de Lignon à Bas en Basset.
Nous serons 9 à participer. Belle performance pour une première de l’année. Les protagonistes sont: Anaïs, Sonia, Claude, Elie, François, Hervé, Marc, Pierre et René. Suivant les lieux d’habitations et de stockages des bateaux, le rendez vous est fixé à la Vigie ou au loueur de Bas.
Tout le monde se retrouve au débarquement. Le temps de se changer, charger les bateaux, manger un petit peu et boire un café nous voilà partis pour le départ. Les bateaux déchargés, une première photo de groupe.

Nous embarquons les uns après les autres.

La Loire étant haute pour nous échauffer nous remontons le Lignon. Les débutants ont un peu plus de mal de prendre les courants et contres pour arriver à remonter la rivière.
Nous commençons la descente et premier stop juste après le rapide. Certains surfent sur la vague. Pierre essaye et montre à tous ce qu’il ne faut pas faire, mauvaise gîte dans un rouleau: résultat un bain. En réalité il fallait bien qu’un habitué tâte la température de l’eau pour les suivants.

La suite de la descente se passe sans problème. Arrivés aux trois fourches deux groupes se forment. Pierre avec Anaïs et Elie prennent le bras de droite, alors que les autres passent par les trois fourches. Claude fait peur à François en passant les vagues de travers, heureusement tout se passe bien.
La suite de la descente se passe bien jusqu’aux gros rapides suivants. Pour le premier les plus aguerris font un stop et essayent de surfer ou font des reprises de courants. Toujours qu’un seul bain. C’est sur le suivant que le second bain va arriver. Dans un train de vagues Claude fait une mauvaise gîte qui ne pardonnera pas.
Après avoir aider Claude à revenir au bord, merci Sonia, et vider le bateau nous réembarquons pour la fin.
sur la fin du parcours chacun s’essaye dans le petit rouleau avec plus ou moins de succès et un second bain pour Pierre éviter de justesse.

La fin du parcours s’effectuera sans difficulté et tout le monde débarque. Il est temps de se changer pour se réchauffer. La photo de fin de journée est faite aussi.

Nous pouvons remarquer que tout le monde est bien présent même si notre championne se cache un peu.

Les pagayeurs par ordre sur la photo: Marc, Sonia, Elie, Pierre, René, Claude, François, Hervé et Anaïs.
Débit d’environ 50 m3 à Bas

Les Photos

Le premier weekend de l’année

Après les fêtes, il est nécessaire de pratiquer du sport pour une bonne remise en forme. Samedi, permanence à la Vigie. Nous nous retrouvons 7 à naviguer malgré le vent et surtout les rafales de vents. Il est décidé de partir vent de dos en direction de Saint Victor.
les rafales de vent rendent la navigation délicate, surtout quand le vent vient de coté. Arrivée à l’île de la Noierie, le groupe décide de faire demi tour, surtout que le vent sera de face. Heureusement les rafales se sont calmées et le retour se passe plus facilement que prévu.
De retour aux vestiaires, Pierre propose d’aller faire l’Ance le lendemain. François et Sonia sont partants. René donnera sa réponse dans la soirée. Après les derniers échanges de mails le départ est fixé à 12h30 à la Vigie et 13h15 au pont de l’Ance. Sonia, René et Pierre se retrouvent à la Vigie tandis que nous retrouverons François au pont de l’Ance.  En arrivant au pont nous voyons sur l’eau des kayakistes. Nous nous rendons à Chizeneuve pour se changer. Le temps de se mettre en tenue et de charger le dernier bateau sur la voiture de Pierre, nous repartons pour rejoindre le point d’embarquement. Pendant que nous déchargeons les bateaux les autres kayakistes nous croisent. En réalité il s’agit entre autre de Nicolas de Saint Étienne avec qui nous avions fait la descente de la Loire.
Nous descendons les bateaux et embarquons. Cette fois c’est René qui a oublié son casque. Décidément les sorties manquent d’organisation! Pour la première fois René à pris un burn. Nous nous échauffons en effectuant quelques bacs ou bien des surfs sur la vague juste au départ. René prend l’habitude du nouveau bateau. Nous entamons la descente François ouvrant le parcours et Pierre fermant la marche. Nous arrivons sans encombre jusqu’à la digue que tout le monde portera. Nous prenons à gauche pour éviter l’arbre. Nous arrivons au rapide le plus délicat: le S ou celui du Moulin. François s’engage suivi de René et Sonia, Pierre surveillant à la fin. Dans la première partie du rapide René prend un bain suivi de peu par Sonia. Pendant que François s’occupe de René et Pierre voyant que Sonia arrive à rejoindre le bord, il part à la récupération du bateau de Sonia. Il arrive bien à le retourner mais n’arrive pas à le leascher tout de suite. Du coup le kayak prend de l’eau, et enchaîne les rapides. Enfin, Pierre arrive à accrocher le leasch et du coup arrive à le ramener sur la berge. Après que tout le monde est réembarquer, la descente reprend. Nous arrivons à la passerelle insubmersible qui peut se passer bien à gauche. La fin de la descente approche. Une fois que tout le monde s;est changé, il est temps de se réchauffer avec un café et une part de galette des rois qu’avait apporter Pierre. René et Sonia attendent la voiture. Une fois les bateaux rechargés sur le toit nous reprenons le chemin du retour. Il était temps, la nuit pointant le bout de son nez.

Conclusion de la journée:
– Un  bleu pour Sonia
– Deux rois : René et François

Et pour tous un bien bel après midi

Dernière sortie de l’année

Afin de finir l’année par une navigation en eaux vives, et profitant des niveaux qui sont remontés, Pierre envoit un mail pour organiser une sortie le samedi  30 décembre. Plusieurs réponses arrivent progressivement. D’abord Sonia, puis Hervé et une autre personne de Villeurbanne, Nicolas, et enfin François. Le rendez vous est fixé à 13 h à la Vigie ou 14 h au loueur de Bas.
Sonia, Hervé et Pierre se retrouvent à la Vigie. Les bateaux chargés sur la voiture d’Hervé nous voila partis pour Bas. Nous arrivons les premiers. Ensuite oh surprise Marc est là avec François. Enfin Nicolas arrive. Nous nous changeons, buvons un café en mangeant une part de gâteau fait par Hervé. Au moment de préparer tout le matériel, Pierre s’aperçoit qu’il a oublié jupe, gilet et casque dans sa voiture à la Vigie. Défi: faire la descente sans prendre trop d’eau ni de bain.
Tout le monde embarque et s’échauffe en remontant le bas du Lignon. Nous entamons la descente. Pierre a un peu d’appréhension pour certains rapides. Le premier rapide se passe sans problème et sans prendre trop d’eau. Par contre pour le surf, Pierre s’abstient. Les autres en profitent pour surfer sur la vague. Nous reprenons la descente. Les rapides suivants se passent bien, jusqu’au rapide dans lequel Marc avait perdu sa pagaie. Pierre en profite pour vider, surtout que les trois fourches vont arrivées et là, quelle quantité d’eau rentrera dans le bateau? Pierre le prend bien à droite et tout se passe bien, pas trop d’eau.
La descente continue le long des rapides. De temps en temps, des temps pour effectuer des surfs sont mis en place. Pierre connait une certaine frustration de ne pouvoir s’amuser. La tentation est trop grande sur un rapide. Pierre tente le surf à coté d’un rouleau. De loin Marc et Sonia ont l’impression qu’un bain va avoir lieu. Que des mauvaises langues!
Après ce passage second vidage du bateau. Et oui Pierre ne sait pourquoi mais il prend l’eau. La fin de la descente se fait tranquillement. Nous arrivons au point de débarquement. Le temps de remonter les bateaux, de se changer et prendre un café chaud. Il est temps d’aller faire les navettes.

Prochain défi décidé par Pierre: pas de jupe pour tout le monde et pas le droit de vider les bateaux!

Descente fait à 25 m3
Les protagonistes: François, Hervé, Marc, Pierre, Sonia pour le CKCF et Nicolas de Villeurbanne.

Sortie en eaux vives le 18 novembre

Suite au dernier bureau, il avait été prévu d’organiser une sortie d’eaux vives le 18 novembre. La date approchant les mails sont lancés pour connaitre les participants. Les personnes intéressées sont :  Anaïs, Célina, Elie, Sonia et Pierre.
En regardant le site de l’espace Eaux vives, Pierre s’aperçoit qu’il faut réserver à l’avance. Du coup il envoit rapidement un mail. Heureusement la réponse est positive. La sortie aura donc bien lieu.
Le rendez vous est fixé à 8h à la Vigie. Le froid est présent. Tout le monde participe pour remonter les bateaux et le matériel. La remorque est chargée.
Nous prenons la route. Dans  la voiture il est évoqué l’organisation de la matinée. Après un échauffement sur le haut du parcours, nous descendrons la rivière à partir du haut pour aller travailler sur le bas.
Après s’être changées et avoir descendus les kayaks, nous embarquons. Tout le monde commence à faire des exercices sauf Célina qui fait « sa tête de mule ». Après quelques passage avec le leashe, elle se décide à faire les exercices seule. Le premier bain est pour Pierre. L’eau est froide. Nous décidons de l’ordre de passage pour la descente.
Les premiers rapides se passent sans problème pour tous. Sur un des rapides Célina prend un bain et se fait peur. Elle s’est retrouvée prise dans des rouleaux. Après avoir récupérer le bateau et la pagaie, il est décidé de se rendre sur le bas de la rivière. Célina a du mal à reprendre confiance.
Il est temps de remonter pour se restaurer. Le vent présent rend la pause un peu fraiche. Pour l’après midi il est décidé de rester sur le bas de la rivière. Célina ne veut pas ré embarquer. Les négociations ont lieu et finalement elle descend pour embarquer. Elle fera la tête un grand moment avant de reprendre le sourire. Pendant ce temps, Anaïs s’essaye sur un bac au dessus d’un rocher. Avec la persévérance elle arrive à le réaliser.
Avec Anaïs, Elie, Sonia et Pierre il est décider de remonter le long de la rivière pour passer le bras de liaison. Tout le monde le passe sans problème. Lors des exercices de slalom les appels sont bien mieux suite au stage avec Brioude.
La fin de la journée se rapproche. Il est temps de remonter. Pendant que Pierre range le matériel, les autres en profitent pour aller prendre une douche chaude. Pierre va la prendre aussi. Cet intermède a fait du bien à tout le monde. Célina finit par reconnaitre que nous avons eu raison de la forcer à naviguer.
Une belle journée malgré le froid.

Stage départemental

Suite au Challenge Régional jeunes de Saint Pierre des contacts ont été pris avec le club de Brioude. Un stage est envisagé sur le stade de Sault Brenaz.
Pierre s’occupe de voir si cela est possible. Malheureusement, ce stade est fermé le weekend du 21 et 22 pour cause de sélectif de slalom. Nous rabattons donc sur Saint Pierre de Bœuf. L’information est transmise au club de Roanne. Le logement est réservé au camping de la Longue avec deux bungalows.
Pour Brioude ils étaient 7 dont deux encadrants, Roanne deux dont un encadrant et pour le club nous étions 4, Anaïs, Célina, Elie et Pierre.
Tout le monde se retrouvent sur la rivière le samedi matin. Ceux de Brioude étaient déjà présents sur le bas de la rivière. Célina est parti sur le bas de la rivière avec Hugo et Maximilien. Pendant ce temps Anaïs, Elie et Pierre sont partis du haut. Tout le monde se retrouve sur le bas. Après quelques exercices nous remontons tous pour prendre le repas.
Après une restauration qui fait du bien à tous et un café, nous retournons sur le bassin. Les groupes sont reconstitués. Les exercices reprennent toujours avec autant de volonté de la part de tous.
Les organismes commençant à fatiguer, nous arrêtons la navigation pour se changer et aller rejoindre les gîtes. Pierre va faire les inscriptions et revient. Il est l’heure, après l’apéro de rigueur, de préparer le repas. La nuit tombée il est temps de reposer ces corps bien fatigués.
Le lendemain matin, après le petit déjeuner et la préparation du pique nique pour midi, il est temps de nettoyer les gîtes et de recharger les camions.
Nous arrivons sur le bassin. Le temps de se changer tout le monde ré embarque pour la dernière matinée de navigation. Après une restauration bien méritée, les groupes sont refait avec des changements d’embarcation en fonction des progrès de chacun. Sur le bas du parcours nous apprenons les appels. Pierre, en faisant un appel sur le plat et la pagaie sous le bateau, prend un bain. Pendant ce temps Anaïs et Elie ont pris des bateaux de type slalom pour progresser.
En fin de journée certains choisissent de passer la vague du haut à la nage. Des personnes sont sur le bord avec des cordes de sécurité si besoin.
Il est temps de se changer, recharger les remorques avant de repartir chacun chez soi.
Un bon weekend pour tous.