Les gorges de l’Ardèche

Après un sondage pour connaitre les disponibilités de chacune et chacun sur les weekend de Mai, il est décidé d’organiser un descente de l’Ardèche le 8 Mai.
Au début c’est bien l’Ardèche de prévue mais les niveaux d’eau baissant régulièrement il est envisagé de se rapatrier sur une Loire. Heureusement François, par ses contact apprend que les gorges sont praticable. Donc c’est bien la descente des gorges de l’Ardèche qui sera au programme du 8 Mai.
Le rendez vous est fixé à 6h30 à l’auberge du Grand Bois. Les participants sont Anaïs, François, Mokthar et Pierre pour le club. Sur place nous retrouverons David et Caroline deux personnes que connait François.
Tout le monde est à l’heure et nous pouvons prendre la route. Vers 9h 20 nous arrivons à Vallon Pont d’Arc. Nous débarquons les bateaux de la remorque, le temps de se changer nous voilà repartis pour Sauze afin de récupérer Caroline et David. Arrivés sur le parking nous laissons la remorque, chargeons les 2 bateaux sur le toit et retournons au départ.
Anaïs et Mokthar commencent à s’inquiéter du temps qui passe. La navette est longue, car à cause d’un éboulement, nous sommes obligés de remonter sur le plateau.

La flotte est composée de 4 wavehopper, 1 fastewave et 1 kmer. Vers 12h15 nous sommes sur l’eau et entamons la descente. Arrivés sur le Charlemagne tout le monde le passe sans problème par contre vu la chaleur Mokthar puis Anaïs et Pierre décident d’enlever le kway.

La descente continue tranquillement. Anaïs prend en main, ou en pagaie, le fastewave. Au bout de 2 heures de navigation, nous nous arrêtons sur une plage afin de se restaurer.

Au rembarquement Pierre casse sa pagaie. Heureusement il arrive à la réparer. L’opération tiendra t elle toute la fin de la descente????
Nous passons le bivouac de Gaud puis de Gournier. Le rapide du même nom arrive. Dans les vagues Pierre re casse sa pagaie. Il évitera quand même le bain. Une seconde réparation de fortune sera réalisée qui tiendra jusqu’à l’arrivée.
Anaïs découvre la cathédrale ce rocher tellement particulier.


Sur la fin de la descente nous avons le vent de face. Heureusement il n’est pas trop fort.
Enfin l’arrivée est en vue. Nous débarquons, remontons les kayaks vers la voiture et nous nous changeons. Après des discussions sur la navette il est décidé de tous monter dans la voiture et mettre le maximum d’affaires dans les coffres de la remorque.
Les 4 personnes derrière sont un peu serrées, mais il a été mis les plus minces…Anaïs propose sa brioche qui est appréciée.
Après la navette effectuée et la voiture de Pierre récupérée, heureusement que nous avons des techniciens, nous pouvons tous rentrer chez soi après la traditionnelle photo de groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.